Skip to content

La Campagne De “50 Millions Missing”:Luttons Contre Le Genocide Des Femmes En Inde

For the original petition in English click here

PETITION

Sur les  trois dernières générations, 50 millions de femmes environ ont été systématiquement  annihilées de la population indienne, simplement parce qu’elles étaient de sexe féminin. C’est l’un des pires génocides de l’histoire humaine. Ce génocide est silencieux et il continue encore aujourd’hui. Le terme  « missing », manquant en français est un euphémisme que le lauréat du prix Nobel, le  Dr Amartya Sen  a été le premier à utiliser en 1986 quand il a adressé à l’inde son premier avertissement. Il calcula alors que 37 millions de femmes étaient « manquantes » dans le pays. Depuis lors, le processus d’élimination des femmes n’a cessé de croître.

Les méthodes d’élimination des femmes en Inde sont nombreuses ; fœticide féminin, infanticide, famine des petites filles, assassinat en lien avec leur dot, meurtres d’honneur, et mortalité maternelle dues aux avortements subis pour se débarrasser des filles.

L’infanticide des filles a des racines historiques en Inde depuis fort longtemps. C’est une pratique  utilisée dans beaucoup de régions rurales de l’Inde,  car c’est plus accessible aux ruraux pauvres  que  la méthode la plus répandue parmi les classes aisées, instruites et citadines  d’avortement des fœtus de sexe féminin. Une sage-femme reçoit seulement Rs 100/- (U.S. $2.50) pour tuer un nouveau né de sexe féminin. Les bébés sont étranglés, enterrés vifs, noyés dans des baquets de lait, empoisonnés. Dans certaines parties de l’Inde ces tâches sont confiées au père ou à la grand-mère paternelle.

Mauvais traitements beaucoup des filles qui survivent à la naissance, ne vivent pas plus longtemps à cause du manque de nourriture et de négligences. Les filles de moins de 5 ans ont un taux de mortalité plus élevé de 40% par rapport aux garçons du même âge. Car leurs parents ne veulent pas dépenser pour leur nourriture leurs médicaments. Une fille n’en vaut pas la peine, c’est mieux de la laisser mourir.

Le fœticide des filles est  un phénomène qui se déchaîne en Inde, surtout dans les classes moyennes  et supérieures. Même s’il  est illégal pour les médecins de révéler le sexe du fœtus pendant l’échographie, environ un million de fœtus féminins sont avortés délibérément chaque année en Inde. Ce taux,  c’est prévu, va atteindre un taux alarmant de 2-5 millions/an dans les toutes prochaines années.

La mortalité maternelle. La soumission des femmes aux grossesses multiples et aux avortements répétés pour se débarrasser des filles potentielles, parfois dans des conditions peu sûres  est une autre raison,  pour laquelle l’Inde à  le taux le plus  élevé au monde  de mortalité maternelle.

Les meurtres liés à la dot sont en augmentation,  les meurtres de jeunes mariées,  tuées car leurs parents ne peuvent continuer à satisfaire les demandes de dot de la belle famille. Ces meurtres sont généralement des meurtres d’équipe impliquant le mari, ses parents et parfois les enfants.  La victime est arrosée de pétrole et embrasée dans la cuisine  pour faire croire à un accident domestique. Ou forcée de consommer des somnifères, ou une pendaison déguisée. Beaucoup de jeunes femmes sont ainsi torturées et conduites au suicide. On a estimé qu’au moins 25 000 femmes étaient assassinées de cette façon chaque année. Les milliers qui n’en meurent pas, vivent mutilées, leurs vies détruites.

Ce génocide  se produit dans toutes les couches de la société indienne, parmi les illettrés et les instruits, parmi les pauvres, la classe moyenne et les riches. En inde il n’y a pas de corrélation entre le génocide des femmes et l’éducation, l’économie, la culture et la religion. Ce n’est pas le résultat de la pauvreté ou de l’ignorance mais de  l’anarchie étendue et agressive, en raison de l’apathie du système législatif  du pays et de l’ordre.

La pétition

Pour : le Gouvernement  Indien, l’OHCHR,  l’UNICEF, l’ UNIFEM, l’UNFPA, le CEDAW,  l’Union Européenne et le  G8.

Nous soussignés, condamnons avec force les pratiques qui ont conduit à l’élimination de millions de filles et de femmes de la population indienne, et tenons le gouvernement de l’Inde pour responsable de ne pas protéger la vie de ses citoyens de sexe féminin.

Nous luttons  sur la base des droits de l’homme, pour qu’une action immédiate et efficace soit entamée par le gouvernement  à travers la création de groupes de travail pour arrêter ce génocide. Nous insistons également  pour que le gouvernement  remette un calendrier  dans lequel les pratiques associées de foeticides et d’infanticides féminins, de meurtres liés à  la dots, seront effectivement  arrêtes par  l’application stricte des lois existantes et une responsabilisation  des hôpitaux indiens, des bureaux gouvernementaux et des agences de maintien de l’ordre.

Nous recommandons instamment  aux organismes de droits de l’homme internationaux et autres gouvernements de se  joindre à  cet effort pour  persuader le gouvernement de l’Inde de reconnaître et d’honorer l’appel de cette pétition.

Cliquez s’il vous plaît sur la photo ci-dessous pour signer notre pétition

Pétition en ligne – Appel à l’Action du Gouvernement  pour Arrêter le Génocide Féminin En Inde

    • ON CAUSES (VIA FACEBOOK)

      change

     

Advertisements
One Comment leave one →
  1. Roudeillac permalink
    October 18, 2013 11:07 am

    C’est dans l’absolu: horrible, cruel, honteux, triste

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: